Utilizamos cookies propias y de terceros con fines estadísticos y publicitarios para mejorar tu experiencia de usuario. Si continúas, consideramos que conoces nuestra Políticas de Cookies y que estás de acuerdo con su uso.
Aceptar.
Saltar al contenido

Asphaltes

Questions fréquentes

Questions fréquentes Lignes discontinues d’une route

Questions fréquentes sur les asphaltes

Savez-vous que les routes sur lesquelles vous circulez ne sont pas identiques ? Des produits différents qui font que la chaussée s’adapte aux caractéristiques climatiques de la zone. Savez-vous ce qu’est le bitume ? Une question que vous vous êtes peut-être posée dans certaines occasions et à laquelle nous allons donner une réponse claire et succincte.

Qu’est-ce que le bitume ?

Il s’agit d’un liant avec une tonalité noire qui peut être à l’état solide ou visqueux à température ambiante. Si la température baisse, cette viscosité disparaît petit à petit. L’une de ses caractéristiques est d’être insensible à l’eau ce qui, en plus d’autres propriétés, fait du bitume le liant idéal pour la construction de routes et l’imperméabilisation de surfaces.

Comment construit-on une route ?

La construction de cette infrastructure linéaire, qui permet le trafic routier de véhicules dans des conditions optimales de sécurité et de confort, est une tâche complexe. La majorité des chaussées de routes sont construites à base d’enrobés bitumineux, caractérisés par un mélange des pierres, sélectionnées selon la taille et une certaine qualité (granulats), et de bitume ou d’asphalte, qui est le liant qui unit ces granulats. À un niveau basique de construction, une construction se construit en étendant des couches successives d’enrobés, avec des qualités et des résistances différentes. Au niveau du résultat final, il y aura des différences si la route se trouve dans des zones montagneuses ou si elle a besoin de terrain là où il n’y en a pas (remblais). Les deux plus grands ennemis de ces infrastructures sont les charges importantes des poids lourds et les agents climatiques.  

La chaussée est constituée des dernières couches de la route, celles qui sont au contact direct des pneumatiques des véhicules et qui présentent le plus de dégâts avec le temps.

Pourquoi les fissures apparaissent-elles sur les routes ?

L’exposition continue du bitume qui protège les routes contre les intempéries entraîne une oxydation du fait des rayons ultraviolets provenant du soleil et au contact de l’oxygène. Cette situation provoque la perte des parties les plus légères de la chaussée et, par conséquent, des qualités de flexibilité et des capacités d'adhésivité des granulats présents dans l’enrobé.  

Enfin, l’utilisation de matériaux traités avec du ciment dans certaines couches de la chaussée peut entraîner des fissures de rétraction, de prise ou thermique.

Toutes les routes sont-elles identiques ?

Les caractéristiques d’un pays diffèrent en fonction de la zone géographique où se situe telle ou telle ville. En fonction de la zone climatique, il existe des chaussées avec des caractéristiques différentes comme la granulométrie ou les types de liants. Ainsi, le type d’enrobé que l’on utilise pour la chaussée d’une montagne n’est pas le même que celui d’une autoroute située dans une région chaude.

Le bitume, l’asphalte et le goudron sont-ils une seule et même chose ?

Tous les produits mentionnés sont noirs, visqueux et de composition très complexe et peuvent être englobé sous le nom de liants à base d’hydrocarbures. Les différences proviennent de leur origine, car si le bitume est un produit dérivant du pétrole brut, la poix et le goudron sont des produits dérivant du charbon. De son côté, l’asphalte est un produit d’origine naturelle qui peut se présenter librement ou renfermé dans des minerais poreux (roches asphaltiques).  

Sachant la différence entre ces produits, il faut rappeler que les avantages des dérivés du pétrole font qu’il s’agit largement de l’élément le plus utilisé au niveau mondial.

Pourquoi lorsqu’il pleut, sur certaines routes, il n’y a pas de projection d’eau lorsque les véhicules passent ?

Sur certaines routes, pour la chaussée, la couche qui est au contact direct des roues, des enrobés bitumineux drainants ou discontinus ont été utilisés. Le but de ces compositions est de donner un nombre important de trous sur la route, en éliminant ou en diminuant la quantité de granulats dans les enrobés. Du fait de la présence de ces trous, l’accumulation d’eau à la surface ne sera pas visible, car l’eau de pluie « coulera » dans les cas d’enrobés drainants, ou circulera dans le cas d’enrobés discontinus.

Que sont les asphaltes verts ?

Nous appelons asphaltes verts les techniques que nous avons mises au point pour garantir un plus grand respect de l’environnement dans l’utilisation des bitumes. Il ne s’agit pas d’un produit, mais d’un ensemble de bitumes fabriqués avec de la poudre de pneumatiques récupérées sur des roues usées, des bitumes et des émulsions bitumineuses pour recycler les roues abîmées, des liants bitumeux qui permettent de créer les enrobés à une température moindre que celle que l’on utilise traditionnellement. Grâce à ces techniques, il est possible de réduire la consommation d’électricité et les émissions dans l’atmosphère.

Est-il possible de recycler les routes ?

En Espagne, la rénovation des routes existe depuis les années 80, mais aux États-Unis on utilise cette technique depuis des décennies. Le recyclage est une technique de réhabilitation des routes qui permet de réutiliser les matériaux provenant des couches de la chaussée qui ont déjà été en service : des matériaux qui ont perdu certaines de leurs caractéristiques originales du fait de l’usure ou du vieillissement, mais qu’il est possible de réutiliser pour de nouvelles couches de chaussée.  

Chez Repsol, nous avons créé des bitumes et des émulsions REJUV qui exploitent au maximum les matériaux dégradés. Ils sont conçus spécialement pour couvrir toutes les techniques existantes, rénovation sur place à froid, dans l’usine de fabrication des enrobés bitumineux chauds, tièdes ou froids.

En quoi consiste le marquage CE sur les liants bitumineux ?

Le marquage CE des liants est une exigence obligatoire pour la libre commercialisation dans l’Union européenne. Cette responsabilité du fabricant s’appuie sur une série de spécifications, de tests et d’exigences pour le contrôle de la production. Le marquage CE englobe tous les processus de production, de l’entrée des matières premières à l’obtention du produit final, en passant par les conditions d’opération en usine et la bonne réalisation des tests en laboratoire, sans oublier les réglages et les plans de maintenance de tous les équipements aussi bien en usine que dans le laboratoire. Depuis le 1er janvier 2011, c’est obligatoire pour tous les bitumes, bitumes durs et les émulsions bitumineuses cationiques. Depuis le 1er janvier 2012 pour les bitumes modifiés. Le symbole du marquage CE doit s’appuyer sur le respect des prescriptions visées à l’article 30 du Règlement (CE) n º 765/2008 et l’on placera de manière visible, lisible et indélébile :  


  • Le numéro d’identification de l’organisme notifié de la certification  
  • Le nom et l’adresse du fabricant clairement et sans ambiguïté  
  • Les derniers chiffres de l’année durant laquelle le marquage a été apposé pour la première fois
  • Le code d’identification unique du produit-type  
  • Le numéro de référence de la déclaration de performances  
  • Le niveau ou la classe des performances déclarées
  • La référence datée de la norme technique harmonisée qui s’applique  
  • L’utilisation prévue comme établi dans la norme technique harmonisée appliquée 

Le fabricant est tenu d’émettre une déclaration de performance pour chaque produit et assume la responsabilité de la conformité du produit avec la performance déclarée.